Des initiatives à prendre pour le logement des jeunes

Vendredi 29 avril, Domial ESH organisait la seconde édition de la Matinée des initiatives autour d’une table ronde intitulée « Les jeunes et le logement ». J’ai pu entendre que, si 8 jeunes (18 à 25 ans) avaient quitté le domicile familial, ils étaient 7 sur 10 à rencontrer des difficultés à trouver un logement. Autre chiffre entendu : 4 % des jeunes ont eu recours à la colocation.

La question du logement des jeunes devrait, à mon sens, être traitée comme celle de l’emploi. Les deux sont évidemment très liées : Pas de logement, pas d’emploi. Pas d’emploi, pas de logement. Le logement social devrait prendre toutes ses responsabilités et agir pour le logement des jeunes. Les bons leviers ? Des systèmes de garantie existent (l’Avance LOCA-PASS, la Garantie LOCA-PASS, l’Aide Mobili Jeunes, VISALE), mais ils ne sont pas suffisamment connus. Le 1% logement des entreprises existe, mais encore faut-il ensuite faire les bons choix d’affectation, notamment en direction des jeunes salariés.

D’autres leviers, nouveaux, sont à inventer. L’habitat social devrait avoir une vraie politique de priorité au logement des jeunes, définir des quotas pour l’attribution des logements et s’y obliger. Un intervenant à cette Matinée disait à peu près ceci : nous avons des leviers pour les gens qui sont en perte d’autonomie, nous n’en avons pas pour les jeunes qui sont en recherche d’autonomie. Il a raison ! Pour l’emploi, les contrats « civiques » ont une certaine efficacité, pour le logement, ne peut-on pas imaginer le « bail d’autonomie » ? Notre devoir est d’accompagner les jeunes pour qu’ils construisent leur autonomie. Tous ne peuvent avoir un soutien des parents pour payer leurs loyers pendant les années d’études. Les familles n’en ont tout simplement pas les moyens.

On parle, et on a raison de le faire, du logement des personnes âgées, on parle du logement des personnes handicapées, on parle du logement des femmes seules avec des enfants, des familles nombreuses, mais pour les jeunes, qu’ils soient isolés, en couple ou en jeune famille, on ne leur accorde pas l’attention qu’il faudrait.

Bravo à Domial, déjà, d’avoir mis cette question à l’ordre du jour. En parler, c’est déjà commencer à répondre. La fonction même du logement social est de répondre aux besoins de la population. Dans le Haut-Rhin et notamment à Mulhouse, j’engagerai des discussions avec les bailleurs sociaux, pour que nous puissions ensemble proposer des initiatives concrètes pour le logement des jeunes. Améliorons notre vision commune, repérons ensemble les publics demandeurs, sachons anticiper la demande, présentons nos produits aux jeunes. Les jeunes sont notre avenir. Loger les jeunes aujourd’hui, c’est préparer le futur.