Journée internationale de la femme en 2013

M. le Maire, Mes chers amis,

C’est un grand plaisir de vous accueillir ce soir au nom du Centre Culturel du Monde Arabe pour le repas annuel de célébration de la journée mondiale des droits de la femme.

M. le Maire, mes chers amis, cette journée promulguée par l’ONU en 1977, ratifiée par la France en 1982, ne doit pas oublier la raison pour laquelle elle a été mise en place.

Le 8 mars n’est pas la fête de la femme. C’est la journée des droits de la femme au-delà de nos frontières. C’est-à-dire dans le monde. C’est une journée qui permet à la fois à la femme de manifester et réclamer plus de droits, mais aussi de célébrer les acquis et faire le bilan.

Si en France les droits de la femme ont connu des avancées importantes (même s’il y a encore des progrès à accomplir dans le domaine notamment des inégalités salariales et des emplois précaires) « Gisèle parlera tout à l’heure de la parité dans la politique », dans d’autres endroits dans le monde il reste beaucoup à faire.

Les Nations Unies choisissent tous les ans un thème pour cette journée et mettent des moyens financiers pour aider les ONG dans le monde qui sont engagées pour les droits de la femme et particulièrement autour de ce thème annuel, avec toujours cette volonté d’accompagner la femme, de faire évoluer les mentalités, d’interpeller les décideurs.
Voilà pourquoi je tiens tous les ans à rencontrer mes amies militantes que vous êtes, pour que nous aussi puissions faire le point sur la situation de la femme chez nous.

Je disais tout à l’heure que les Nations Unies choisissaient un thème pour cette journée, sachez, mes chères amies, que celui de 2013 est « Une promesse est une promesse il est temps de passer à l’action pour mettre fin aux violences faites aux femmes ».

A Mulhouse depuis 5 ans, la Ville est engagée clairement dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Grâce à vous, la Ville a pu mettre en place une plate-forme unique dans la région Alsace et va bientôt inaugurer un observatoire contre les violences intrafamiliales et faites aux femmes, le premier en France, en juin 2013.
Beaucoup d’actions intermédiaires ont été menées comme l’édition de l’annuaire, la participation au projet ICEBERG et la commémoration du 25 novembre tous les ans.

Notre travail est connu puisque nous avons même été invités récemment par l’Union européenne à le présenter à Bruxelles.

Mais il ne peut pas s’arrêter là. J’espère pouvoir vous dire dans un an tous les progrès que nous aurons encore, je l’espère, pu accomplir en cette année 2013.

Je remercie Monsieur le Maire d’être avec nous ce soir. Cela prouve son attachement à la cause des droits des femmes. Je crois bien qu’en nous regardant et en nous écoutant, il pourra peut-être oser dire : « Oui, je suis un maire féministe ! » et moi je serai fière alors d’y avoir modestement un peu contribué, avec vous.