Lettre ouverte

(Lettre ouverte adressée à Mme le Maire de Mulhouse, le 12 décembre 2018)

 

Madame le Maire,

Je vous ai alertée à de multiples reprises sur la nécessaire et urgente revitalisation du centre ville de Mulhouse et de son péricentre. Notre ville compte 80 % des logements potentiellement indignes de l’agglomération. Qu’attendons-nous pour agir ? Notre ville perd ses commerces qui baissent les bras face à la dégradation continue de nos rues. Ne laissons pas tomber nos commerçants, ne laissons pas tomber les habitants !

Au printemps dernier, j’ai œuvré auprès du ministre Mézard, notre député Bruno Fuchs également, pour que Mulhouse soit l’une des villes bénéficiaires de l’Action Cœur de Ville. Cela n’était pas gagné d’avance, car ce programme s’adresse aux villes moyennes, de moins de 100 000 habitants, mais malgré sa taille, l’Etat a retenu Mulhouse. Nos arguments ont été forts et constants auprès du Gouvernement. Or voilà que la municipalité décline cette aide de l’Etat.

Notre ville voisine de Colmar n’a pas hésité un instant, au contraire de vous, pour profiter de ce programme. Il va lui permettre d’accueillir une pépinière d’entreprises, de renforcer l’attractivité d’embellir le cadre de vie de son cœur de ville, de créer des emplois, de moderniser une galerie commerciale, d’apporter de la luminosité, de reconvertir une friche en quartier d’activités… Tant mieux pour Colmar et les Colmariens : son maire a compris que ce programme était une belle opportunité, très souple, très rapide à réaliser, très efficace pour répondre aux problèmes concrets des habitants, des commerçants, des entreprises.

Pendant ce temps-là, Mulhouse dort ! Mulhouse ne réagit pas ! Mulhouse attend ! Vous attendez quoi, Madame le Maire ? Que tous nos commerces ferment ? Que nos entreprises partent ailleurs ? Que nos habitants continuent de subir les marchands de sommeil ? Quels sont vos arguments pour avoir refusé cette opportunité ?

Pourquoi avez-vous décliné cette opportunité ? Pourquoi, alors qu’elle est souple ? Pourquoi, alors qu’elle nous donne des moyens importants, et gérés dans la proximité, avec le Sous-Préfet, avec les acteurs locaux ? Pourquoi, alors qu’elle nous aurait permis de répondre aux urgences ? Pourquoi, Madame le Maire ?

On me parle d’une Grande Opération d’Urbanisme, une GOU, comme le permet désormais la loi ELAN. Mais avez-vous bien compris tous les contours de cette GOU ? Nous parlons là d’un projet d’agglomération tout à fait virtuel, lointain, lourd, d’un programme qui attend encore ses décrets, et qui ne pourra pas bénéficier à toutes les agglomérations du pays.

Nous savons pourtant que l’un n’est pas exclusif de l’autre. L’Action Cœur de Ville, c’est pour le court terme, pour l’urgence à agir. La GOU, c’est autre chose, c’est pour une ambition urbaine, c’est pour le moyen et long terme. Si encore vous aviez cette ambition pour notre ville, car je me permets d’en douter.

Beaucoup d’interrogations en fait, beaucoup d’incertitudes. Alors que nous avons besoin de réponses, je le répète, urgentes. Car la misère n’attend pas. Les emplois n’attendent pas. La sécurité n’attend pas.