Réveiller, rénover, réconcilier

                Je suis Mulhousienne dans le cœur, dans l’esprit, de loin dans ma mémoire, dans mon quotidien, dans mes pensées, dans mes actes. Je vis dans cette ville depuis 37 ans. Je voue un attachement profond à ma ville, Mulhouse.

                J’ai aussi un attachement profond à la République. La devise républicaine, la liberté, l’égalité, la fraternité, c’est pour moi bien plus qu’une devise, c’est le sens de mon action, ce sont les principes qui me guident, c’est ce qui motive chaque décision dans mes engagements politiques. Je défends la laïcité, la liberté de croire ou de ne pas croire et la neutralité de l’Etat, l’opposition à toute forme de communautarisme. Le repli sur soi, ce n’est pas pour moi !

                Je suis une femme de progrès. Le progressisme, c’est l’humain d’abord ; c’est vouloir la justice sociale et croire qu’elle ne vient pas toute seule, mais qu’il faut sans cesse la défendre.

                J’ai été élue, aux élections départementales, dans l’un des cantons les plus populaires du Haut-Rhin, le plus jeune aussi, un canton sans doute à l’image de la ville entière, c’est-à-dire avec ses fragilités mais surtout avec ses atouts. Je veux à Mulhouse prolonger l’action que je porte avec force au Département : la famille, la protection de l’enfance, l’insertion, le logement, et répondre, résolument, à toutes les préoccupations des Mulhousiens.

                Je suis candidate aujourd’hui à la mairie de Mulhouse parce que je pense, comme beaucoup de Mulhousiens, que la maire actuelle, aujourd’hui sortante, et son premier adjoint, ne peuvent plus avoir la confiance des Mulhousiens. Ce ne sont pas eux demain qui sauront réveiller Mulhouse, rénover notre ville, réconcilier les Mulhousiens. Le projet que je présente aux Mulhousiens a, lui, cette triple ambition : réveiller, rénover, réconcilier.

                L’équipe sortante est disqualifiée pour rétablir le climat de confiance avec les autres communes et pour jouer le rôle moteur qu’elle n’aurait pas dû perdre au sein de l’agglomération. Il est vital pour Mulhouse autant que pour l’agglomération m2A de sortir enfin de la situation dégradée de leurs relations. Je travaillerai en équipe avec les autres élus de l’agglomération tout en faisant respecter le statut de la ville centre.

                Notre projet a été construit avec les gens, avec les habitants, avec les citoyens. Il y a un an, nous avons créé une structure de réflexion que nous avons dénommé Osons Mulhouse. Au fil des mois, cette structure de réflexion est devenue une structure d’action, avant de devenir en 2020 une liste pour les municipales. Avec mes amis d’Osons Mulhouse, nous avons organisé des ateliers citoyens, sur des thématiques et des questions essentielles pour les Mulhousiens, nous avons fait des réunions de quartier, 150 rendez-vous au total, auditionné 100 personnes ; nous avons frappé à 7000 portes et dialogué avec autant de personnes et de familles, toutes très attentives aux idées que nous portons , nous avons organisé trois ateliers publics thématiques.

                Pourquoi cette idée qui est la nôtre d’OSER Mulhouse ? Oser, qu’est-ce que cela veut dire ?

                Oser, c’est avoir de l’audace, oser, c’est croire en l’expérience des habitants eux-mêmes dans leur vie quotidienne, dans leur quartier. Aux yeux des Mulhousiens, j’incarne l’audace ! A tous ceux qui m’ont si souvent prise de haut, à leur défiance, je réponds par ma présence : toujours là auprès des Mulhousiens, pour les écouter, pour les défendre, pour leur faciliter l’accès à leurs droits ; toujours là sur tous les sujets qui intéressent les Mulhousiens : leur emploi, leur logement, leur cadre de vie, leur sécurité et celle de leurs enfants, l’éducation…

                Oser, c’est réveiller Mulhouse, c’est lui rendre sa fierté. Je veux réveiller Mulhouse en lui redonnant l’attractivité qu’elle n’aurait jamais dû perdre. Nous devons réveiller notre économie et nos commerces. Mulhouse doit redevenir la ville des grandes réussites entrepreneuriales et des grands évènements !

                Oser, c’est rénover Mulhouse. Je ne veux plus un seul logement indigne dans notre ville ! C’est un véritable combat, c’est le mien, je le porterai, en m’y impliquant directement et fortement.

                Oser, c’est réconcilier Mulhouse, réconcilier nos territoires : il ne peut pas y avoir un centre historique brillant et une périphérie grise. Chacun de nos territoires doit être traité de la même façon, chacun doit briller, chacun doit être vert, chacun doit être nature, chacun doit respirer !

                Partant de cette ambition pour Mulhouse, nous avons bâti un projet municipal que j’ai aujourd’hui l’honneur de proposer aux Mulhousiens. Notre projet n’est pas une vitrine que l’on décore tous les six ans et puis, dès le lendemain, on remballe la marchandise. Je ne fais pas la promesse d’un Central Park place de la Réunion, je fais des promesses pragmatiques, réalistes, responsables et justes, qui portent autour de cinq axes principaux : une ville attractive et prospère, une ville verte, une ville épanouie, une ville sûre, solidaire et inclusive, une ville démocratique.

*

Une ville attractive et prospère

                Mulhouse détient dans l’espace rhénan une position privilégiée qui a fait son épanouissement hier et qui pourtant aujourd’hui voit notre ville passer totalement à côté de la croissance de ses voisines : Bâle, Zurich, Fribourg. Pourquoi ? D’abord, n’abandonnons pas nos atouts et renforçons-les !

                N’abandonnons pas le Grand Marché, le plus grand de l’Est de la France ! Il attire non seulement de nombreux Mulhousiens qui apprécient son offre variée et sa convivialité mais aussi une clientèle suisse et allemande. Développons l’offre bio et les circuits courts au marché de Mulhouse !

                Nous en améliorerons les accès et les possibilités de stationnement en traitant les friches disponibles, en veillant à renforcer son aspect naturel et en favorisant les transports doux.

                Nous mettrons à l’étude son développement, la couverture du marché fruits et légumes, ainsi qu’un marché de l’art.

                Valorisons notre Université ! Faisons connaître son excellence à travers le monde ! L’Université de Haute Alsace (UHA), l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Mulhouse, l’Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs du Sud Alsace (l’ENSIHA) sont issues de la volonté de nos industriels des deux siècles derniers. Le nouveau Maire de Mulhouse sera le soutien indéfectible de l’Université et de ses Ecoles. La Ville apportera son appui au développement de l’Université en collaboration étroite avec tous ses pôles d’excellence. Nous serons une ville accueillante pour les étudiants, en matière de logement, transport, accès aux services et aux droits. La Ville facilitera la promotion de l’Université auprès des entreprises du territoire et d’ailleurs.

                Pour l’emploi, dans notre lutte déterminée contre le chômage, nous accueillerons et accompagnerons les investisseurs et tous les créateurs de richesse et d’emplois pour aider à leur implantation et la réalisation de leurs projets ; nous irons au-devant d’eux pour concrétiser et faire aboutir leur démarche; nous faciliterons la mobilité transfrontalière à chaque fois qu’elle pourra apparaître comme une opportunité.

*

Une ville verte

                L’écologie n’est pas une mode, c’est un impératif ! Localement, nous pouvons, NOUS DEVONS, agir pour gagner le combat global contre les menaces sur notre biodiversité, sur notre climat, sur notre avenir en commun. Notre écologie n’est pas dogmatique mais pragmatique, elle s’ancre dans les réalités locales, et il n’est pas question de promettre n’importe quoi ! Mulhouse n’est pas Paris. Il ne s’agit pas d’interdire la voiture à Mulhouse – ce serait un comble dans notre cité de l’automobile – mais de fluidifier le trafic, tout en privilégiant les mobilités douces : le tram, le vélo, la marche.

                Mulhouse doit devenir un laboratoire du développement durable. Cela veut dire quoi ? Cela veut dire que toutes nos décisions seront prises en analysant leur impact sur le développement humain, d’une part, sur l’environnement, d’autre part. Nous donnerons une place centrale à l’arbre dans la ville : sauver l’arbre, c’est sauver l’homme.

                Un comité de la nature en ville sera créé et un livret de la nature en ville sera remis aux Mulhousiens. Le Mois de la biodiversité, que je programmerai dès 2021, sera l’occasion de valoriser les projets et les actions en faveur de la nature en ville.

                Je veux la nature en ville, pour revégétaliser Mulhouse, ses rues, ses immeubles, les murs, les toits, les façades. C’est le plan Ginkgo.

                De l’écologie, nous aurons une approche intégrée, pas intégriste ! Je ne fais pas la promesse de la gratuité des transports, parce que nous y avons réfléchi, pragmatiquement, les chiffres en main. La participation des usagers nous semble juste, mais elle doit être équitable. Nous allons solidariser les transports en accordant la gratuité aux enfants et aux jeunes dont les abonnements seront pris en charge par la collectivité.

                Je créerai un Fonds d’innovation territoriale, en soutien aux initiatives privées ou associatives, allant dans le sens du développement durable.

*

Une ville épanouie

                Notre ville verte sera une ville qui respire, pas une ville qui se rabougrit. Les Mulhousiens ont besoin de retrouver la fierté de leur ville. La Maison de Mulhouse sera l’expression de la réconciliation entre le passé glorieux et l’avenir ambitieux de la ville, une Maison du patrimoine et de l’excellence.

                Mulhouse est une ville jeune, les jeunes étant prédominants dans la population. C’est une caractéristique essentielle de notre ville et c’est pourquoi notre action en faveur de l’enfance, de l’éducation, de la parentalité doit être exemplaire.

                Mulhouse, ville des familles, accompagnera la réussite éducative de ses enfants. Chaque enfant et chaque jeune, de la crèche à l’université, disposera d’un passeport éducatif, un passeport pour la réussite. Il permettra l’accès à la gratuité des fournitures scolaires en maternelle et au primaire, la prise en charge par la Ville de l’abonnement de transport, une aide pour l’accès au sport, l’entrée dans les musées, l’apprentissage des premiers secours, l’aide au permis de conduire… Avec son passeport éducatif, le collégien sera aidé dans son orientation, et pour trouver un stage de troisième. Il trouvera autour de lui un réseau d’acteurs mobilisés pour sa réussite. Le passeport éducatif rendra possible pour chaque jeune le droit à l’ambition.

                Mulhouse sera attentive à toutes les situations de décrochage scolaire, car le décrochage scolaire est bien souvent la manifestation d’un décrochage social et familial.

                Mulhouse sera une ville qui saura protéger les enfants et les femmes victimes de violence. Les associations qui défendent leurs droits trouveront toujours en moi une interlocutrice bienveillante et attentive.

                Une ville épanouie est une ville qui sporte bien. La Maison du Sport sera le lieu pour tous et pour tous les sports, pour les pratiquants, pour les parents qui veulent s’informer, échanger, consulter des professionnels de l’épanouissement par le sport. Notre ville a des clubs de qualité : ils doivent être soutenus par la municipalité, plus fortement qu’aujourd’hui.

                Le sport et la culture sont les leviers très puissants de l’inclusion, de l’éducation, de la cohésion sociale et de l’identification à un territoire. Le sport et la culture ne seront pas réservés à une élite mais accessibles à tous.

                Les porteurs d’initiatives culturelles trouveront en la Ville un interlocuteur attentionné. L’offre culturelle est le carburant de l’attractivité de la ville.

                Une ville épanouie, c’est aussi une ville santé. Je ferai tout ce qui sera en mon pouvoir pour que Mulhouse accueille une faculté de médecine et qu’aucun service hospitalier ne ferme dans la deuxième ville d’Alsace.

*

Une ville sûre, solidaire et inclusive

                La sécurité et la lutte contre les incivilités seront nos priorités, pour redonner confiance aux familles, aux parents, aux mamans, qui ne doivent plus jamais avoir peur quand leurs enfants sont dehors, pour redonner confiance aux personnes âgées qui ne doivent plus jamais avoir peur de sortir de chez elles.

                A Mulhouse, nous mettrons en place des Agents de Vie Urbaine, qui auront un rôle de prévention, de vigilance quotidienne, de conseil, pour lutter contre toutes les formes d’incivilités. Et quand il faudra sanctionner, nous le ferons, avec la police municipale et avec tous les moyens que nous permet la loi.

                Ville inclusive, Mulhouse le sera pour les personnes âgées et pour les personnes en situation de handicap. Nous travaillerons à l’accessibilité partout. Nous développerons un service public dédié à la lutte contre l’isolement et au soutien aux aidants, pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées. Nous informerons sur la télé assistance et la télé alarme : sécurité indispensable en cas de chute, de malaise ou d’agression au domicile. Nous soutiendrons les structures existantes pour les rendre accessibles à toutes les personnes. Nous favoriserons les transports solidaires.

                Ville inclusive, Mulhouse le sera pour les personnes rencontrant des difficultés avec l’écrit et avec le numérique. L’illettrisme, malheureusement encore répandu, et la peur des outils Internet, qui concernent tant de monde, ne doivent pas faire obstacle à l’accès aux droits.

                Ville inclusive, Mulhouse disposera d’un Observatoire des solidarités actives.

                J’ouvrirai, dans chaque quartier, au moins un tiers-lieu qui sera un lieu de vie. Ils seront des lieux républicains où tout pourra s’imaginer :

  • la formation des personnes âgées, par des jeunes, à l’utilisation d’Internet et du numérique ;
  • des échanges de savoirs, de compétences, de services ;
  • l’apprentissage de la consommation raisonnée, de l’écologie au quotidien, de l’agriculture urbaine, du développement durable ;
  • des permanences associatives ;
  • l’apprentissage de l’alsacien, et l’apprentissage des langues avec l’Institut des Langues que nous installerons à Mulhouse et qui sera à vocation transfrontalière.

                L’ouverture de ces lieux de vie pourra se faire sans nouvelle construction coûteuse : nous avons des friches commerciales, des friches industrielles, de nombreux espaces aujourd’hui inutilisés.

                La Tour de l’Europe, parlons-en ! Un projet sérieux et global sera construit avec les copropriétaires et avec les acteurs socioéconomiques de la ville et de l’agglomération. La Tour de l’Europe sera l’épicentre de l’attractivité retrouvée de Mulhouse. Nous travaillons à un projet qui permettra de valoriser notre grande histoire industrielle et d’illustrer un nouvel avenir de croissance économique et touristique pour notre ville.

                L’urbanisme mulhousien sera totalement revu pour revitaliser toutes les entrées de la ville, avec des commerces de proximité vivants et dynamiques, avec des logements aujourd’hui vacants réhabilités, non énergivores, dignes et adaptés aux besoins des jeunes, des familles, des personnes âgées, dans le maintien ou la recherche d’une vraie mixité sociale.

                Je créerai un grand Service Habitat, en capacité d’être un outil pour les Mulhousiens, en capacité d’agir avec nos partenaires, m2A, le Département, la Région, l’Etat, l’ANRU, l’ANAH, Procivis Alsace…

                Le Maire sera :

                – Un avocat, pour défendre les Mulhousiens et porter leurs besoins et leurs attentes, auprès des partenaires ;

                – Un facilitateur, pour organiser l’action publique, la coordonner, et pour accueillir les investisseurs et porteurs de projets.

                Cette haute idée du rôle d’un Maire a fait cruellement défaut ces dernières années. Ce ne sera pas le cas avec moi, croyez-moi !

                Le budget de la Ville n’explosera pas sous mon mandat. Il nous faut réduire l’endettement et ne pas faire payer par l’impôt les imprudences budgétaires que nous avons connues, notamment sur certaines opérations de préemption proprement scandaleuses, car montées sans projet ou sur des projets clientélistes.

*

Une ville démocratique

                L’action municipale ne se fait pas dans un bureau feutré de la mairie, elle se fait avec les habitants, dans la proximité. Encore, pour cela, faut-il ne pas avoir peur des gens. Au contraire de la municipalité sortante, qui s’est coupée des habitants, moi je me nourris des gens, j’apprends d’eux, sans doute parce que je les respecte, parce que je les écoute, parce que je sais que leur expérience, l’expérience de leur vie quotidienne, est précieuse.

                Nous avons certes besoin des experts et des techniciens, mais ces expertises ne sont rien si elles ne s’appuient pas sur les expériences des habitants. C’est cela le pouvoir d’agir : redonner à chacun le contrôle de ce qui est important pour lui et ses proches et la capacité de transformer son environnement.

                Quand je parle de rénover notre ville, je ne veux pas seulement rénover les logements, je veux rénover nos commerces, je veux rénover notre cadre de vie. Je veux aussi, et c’est essentiel, rénover notre gouvernance. Tout sera fait pour redonner du pouvoir aux Mulhousiens, pour une démocratie vivante à Mulhouse, une démocratie impliquante. C’est aussi et surtout cela les fondamentaux d’une ville réveillée et réconciliée. Très concrètement, nous aurons 16 conseils de quartier. Mulhouse n’a pas besoin de services administratifs déconcentrés, Mulhouse a besoin d’un dialogue permanent et dans la proximité entre les habitants et les élus.

                La plateforme numérique collaborative que nous lancerons sera accessible à toutes et à tous. Elle permettra aux Mulhousiens de proposer des projets et d’interpeller les élus.

                Le premier point de l’ordre du jour du Conseil municipal sera systématiquement consacré à un projet issu de la consultation citoyenne, avec le souci permanent d’une répartition équitable des actions et des interventions dans tous les territoires de la ville.

                Nos réunions de quartier, pendant cette campagne, et hier soir encore aux Coteaux, ont toutes été d’une richesse exceptionnelle ! Cette qualité du débat public, elle ne s’arrêtera pas au soir de l’élection, elle sera l’ADN de notre ville. Une fois par an, je rendrai compte de notre action dans une grande réunion publique, comme le Schwörtag d’autrefois !

                Nous signerons la Charte Anticor, qui garantit la transparence et l’éthique de la gouvernance municipale. Je ne veux plus jamais voir en légende de photographie de presse : « beaucoup de dossiers épineux dans la belle ville de Mulhouse », comme encore cette semaine dans Mediapart, mais plutôt « beaucoup de projets ambitieux dans la belle ville de Mulhouse ».

                Mulhouse, capitale économique, devra tenir une place digne de son rang, dans la prochaine Collectivité européenne d’Alsace. Nous nous investirons totalement pour faire évoluer cette collectivité au profit de l’Alsace comme de notre ville.

*

                La liste Osons Mulhouse sera rendue publique le 20 février prochain. Elle comportera des Mulhousiens des 16 quartiers identifiés. Chacun de ces territoires aura au moins un élu de proximité. Cet élu de proximité sera un lien permanent entre les habitants et la municipalité.

                Notre liste est 100 % locale, 100 % citoyenne, 100 % indépendante. Ce n’est pas une formule de communication. Notre projet, notre liste, n’est pas élaboré à Paris mais à Mulhouse. Sans parti pour nous soutenir, pouvons-nous gagner ? Oui, et nous allons le prouver, parce que notre légitimité, nous la tenons des Mulhousiens, qui en ont marre des affairismes, des opportunismes et des sectarismes de gauche comme de droite. Mon but dans cette campagne n’est pas de m’opposer à la gauche ou à la droite, mon but est de casser les inégalités, l’injustice sociale, la peur de l’avenir. Mon indépendance est ma force, pas ma faiblesse.               

Enfin, cette expression que j’utilise souvent et je la dois aux sportifs : Plus haut, plus vite, plus fort ! L’audace, le résultat, l’ambition retrouvée pour une ville qui en a tant besoin.