Cercle de Martin Luther King

Initiative Fatima Jenn promeut « le pouvoir d’agir » de la société civile

L’élue mulhousienne Fatima Jenn lance demain un cercle Martin-Luther-King. Son objectif : conjurer la victimisation, les discriminations et les frustrations dans les quartiers par « l’espoir », « la solidarité » et « l’exemplarité ».

Militante infatigable des droits de l’Homme, des droits des femmes, de l’économie sociale et solidaire, et de la paix sociale, Fatima Jenn va rajouter une nouvelle action à une liste déjà foisonnante. Fondatrice du Centre culturel du monde arabe, présente à toutes les opérations en faveur de la diversité, « la petite élue » mulhousienne lance demain le cercle Martin-Luther-King.

« Sortir du cercle vicieux du désespoir et de la frustration »

Élue conseillère départementale il y a un an, Fatima Jenn veut passer aux travaux pratiques et faire vivre « le pouvoir d’agir » de la société civile.

« On ne peut plus faire pour… mais avec les citoyens. Il faut prendre au sérieux leur capacité d’agir. On ne peut comprendre un problème et le résoudre qu’en s’associant aux personnes qui y sont confrontées. C’est plus efficace et moins cher », explique l’adjointe au maire de Mulhouse à la politique de la ville et à la cohésion sociale.

Fatima Jenn a réuni une cinquantaine de bénévoles engagés sur le terrain. « Il s’agit d’un cercle d’action fondé sur l’espoir et la solidarité. Nous agirons contre toutes les formes de discriminations présentes dans nos quartiers pour sortir du cercle vicieux du désespoir et de la frustration », explique la présidente de la commission Solidarité, famille, insertion et logement du Département.

Pour lancer sa nouvelle association, Fatima Jenn a invité deux grands témoins : Kamel Boulhadid, ce gamin des Coteaux aujourd’hui à la tête d’un groupe composé de 49 restaurants (Domino’s Pizza et Sushis) et futur propriétaire des trois premiers Starbucks Coffee en Alsace ; et Aziz Senni, entrepreneur, auteur du livre L’ascenseur social est en panne… j’ai pris l’escalier, vice-président de la commission Dynamique entrepreneuriale du Medef.

Le cercle se composera de quatre groupes thématiques : éducation, entreprise et emploi, droits des minorités et diversité, femme et émancipation de filles. « Tout le monde fait du bon boulot mais l’attente est immense. Il faut boucher la fracture et faire en sorte que les uns et les autres soient efficaces », dit-elle. Elle basera son action sur trois piliers : « la proximité, la confiance et la valorisation de la personne ».

« Nous ne nous en sortirons qu’en comptant sur nous-mêmes »

Fatima Jenn a été marquée par sa visite effectuée en 2008 aux États-Unis. En particulier la rencontre avec le maire de Detroit (ville en faillite) et la visite du Musée des droits civiques. « J’ai fait un voyage dans le temps entre Martin Luther King et la campagne de

Barack Obama. Je le porte en moi », explique la franco-marocaine avec son franc-parler et son énergie. « Nous ne nous en sortirons qu’en comptant sur nous-mêmes. On ne risque rien, il n’y a pas besoin d’argent. Il faut juste de la bonne volonté, de l’espoir et de la solidarité. »

Franck Buchy

20/03/2016