Expérimentation pour les bénéficiaires du RSA

Fatima Jenn est élue du canton Nord de Mulhouse. Et dans ce canton, le quartier de Bourtzwiller est celui qui compte plus de 900 bénéficiaires du RSA (sur les 22 000 du département). Elle les côtoie au quotidien. « Ce sont des gens très abîmés par la vie. Ce sont des pauvres de longue durée, ils sont dans une situation de plus en plus préoccupante : solitude, dégradation de la santé, perte totale de confiance en soi et plus encore de confiance en l’autre, malbouffe, mal-vie, mal-être… Pour beaucoup, ils ont besoin de notre accompagnement », commente-t-elle. Voilà pourquoi elle propose une autre méthode que celle du bénévolat dans une association : celle d’une expérimentation sur le terrain suivie d’un « festival des savoirs ».

Des solutions viables et durables

Pour Fatima Jenn cette méthode qu’elle veut « plus humaine » consiste à mettre sur un territoire donné tous les partenaires autour d’une table : les services du département, les associations d’insertion, Pôle emploi, la Direccte, la Ville de Mulhouse, la communauté d’agglomération m2A… et surtout les bénéficiaires du RSA eux-mêmes. « Dans ce quartier, nous avons beaucoup de forces vives, nous pouvons mettre en place des solutions viables et durables », explique Fatima Jenn qui liste quelques idées : la création d’entreprises de l’économie sociale et solidaire, l’ouverture d’un garage solidaire, une société coopérative avec un ensemble de femmes qui font des métiers de la bouche… Des projets qu’elle souhaite voir aboutir dans la « coconstruction ». Coconstruction précisément avec les bénéficiaires du RSA auxquels elle veut redonner leur « pouvoir d’agir ». Elle donne l’exemple de la parentalité : « On dit parfois que certaines de ces mères au RSA ne peuvent pas exercer leur parentalité. Mais si on arrive à les aider à récupérer ne serait-ce que 10 % de leur pouvoir d’agir, ce serait déjà unique. Les autres 90 %, on peut le fournir. »

Cette idée d’expérimentation sur le territoire de Bourtzwiller fait son chemin. Une date est déjà arrêtée pour un premier acte qui se tiendra le 19 mai prochain avec le festival des savoirs. Fatima Jenn s’y fera le porte-parole de tous les « sans voix ».